Mes livres coup de coeur 2020

2020  a vu arriver mes 30 ans, ma maison, une épidémie et un renouveau en terme de lectures pour moi.

J’avais retrouvé un certain goût pour les livres en 2018 avec la saga du Dernier Souffle de Fiona McIntosh qui m’avait tenu en haleine pendant deux semaines. Il me fallait le temps de les engloutir, surtout que je n’avais plus l’habitude.

En 2019 j’ai souhaité garder le même rythme, trouver des pépites et voyager à travers de nouveaux romans. Malheureusement, je ne peux pas dire que ce fut un succès. Restant dans le genre de la fantasy, je me fis recommander quelques livres : Le puits des mémoires, La Reine Rouge et La ballade de Pern. Ce dernier fut un échec cuisant car je ne dépassais pas la deuxième histoire du recueil.

Concernant La Reine Rouge j’appréciais le début car ça changeait de ce que je lisais d’ordinaire : un récit à la première personne et avec un anti-héros. Pleutre et égoïste il avait tout pour me plaire excepté sa propension à ne penser qu’avec sa…

Bref.

 

Revenons en à 2020

Je considérais 2019 comme un échec, n’avais pas très envie de lire ou en tout cas assez peur de me tromper et de souffrir devant un nouveau bouquin. Oui, car lire sans plaisir pour moi c’est une souffrance.

En février 2020 j’arrivais sur Bookstagram et un nouveau monde s’ouvrait à moi. Des couvertures les plus belles les unes que les autres, des avis dithyrambiques… Je pouvais enfin faire mon marché et c’est ce que j’ai fait. Ma Pile à Lire s’est étoffée et j’ai lu. Beaucoup lu. En tout cas plus que d’ordinaire cette année !

Pour faire un bilan annuel, je ne vais pas lister toutes mes lectures de l’année passée, mais choisir quelques titres qui ont été de vrais coup de coeur pour moi.

 

Hunger Games 

Je connaissais la saga depuis longtemps, notamment à travers les films. A chaque fois je passais un bon moment et je trouvais le concept simplement génial. Dans un monde dystopique, le pouvoir choisit des tributs pour rappeler aux autres districts qu’il est inutile de se rebeller. Les tributs sont tirés au sort chaque année (parmi les adolescents, quelle tristesse) et sont ensuite enfermés dans une arène pour un combat à mort jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un.

N’est ce pas formidable ?

Je suis une personne très visuelle alors j’ai beaucoup aimé les films. Et puis, ayant vu les films, quel intérêt de lire les livres me direz-vous ?

Ce qui est drôle, c’est que je me suis retrouvée dans cette démarche de “j’ai vu les films, pourquoi je lirais les livres” à propos de Hunger Games alors que je fais littéralement la guerre à tous ceux qui refusent de lire Harry Potter car ils ont vu les films.

Je prends à chaque fois mon air le plus offusqué possible et réponds : mais ça n’a rien à voir ! Les livres sont bien plus complets que les films et il n’y a pas de raccourcis.

Au moment où j’écris ces lignes, j’en ris car l’adage “faites ce que je dis, pas ce que je fais” s’est très bien appliqué. MAIS !

J’ai décidé de les lire et ce fut une claque monumentale. D’abord parce que je ne m’attendais pas au temps de narration : un récit au présent très dynamique et une plongée dans les pensées de Katniss Everdeen. Je connaissais l’histoire, mais ça ne m’a pas empêcher de dévorer le tome 1 et le tome 2. Mention spéciale au tome 2 qui est mon préféré car les jeux de l’Expiation sont justes fantastiquement mortels ! J’adore Finnick et Johanna et vraiment ce deuxième tome était fou pour moi.

Donc je dirais que les deux premiers tomes sont mes coup de coeur et le trois, un beau récit pour finaliser la saga. Je ne peux pas dire que je l’ai particulièrement apprécié. J’ai eu du mal avec certain choix de l’autrice, mais il s’agit de son oeuvre et je la respecte.

 

Circé

Sans Instagram je n’aurais jamais acheté ce livre.

D’abord parce qu’il n’est pas du tout dans mes genres de prédilections et que je serais passée à côté.

Ensuite parce que j’ai toujours un doute sur les récits mythologiques. J’adore la mythologie, mais j’ai souvent peur que les histoires soient dénaturées pour servir un quelconque objectif littéraire.

Alors à force de le voir passer partout, d’en lire des avis positifs, je me suis lancée et je ne regrette pas du tout.

Le style peut en effrayer plus d’un, ce n’est pas un livre pour enfants, mais la plume de l’autrice est juste fantastique. Quand Circé me raconte son histoire, c’est comme si j’entendais une chanson avec la musicalité des mots tous choisis avec soin, le rythme des phrases et je suis emportée ailleurs, au bord de la mer, les pieds dans le sable chaud avec elle.

Je vibre avec elle, je la comprends et je pense que la majorité d’entre nous pouvons nous reconnaître en cette héroïne qui en fait n’a rien demandé à personne.

Nous rencontrons à travers ses yeux des piliers de la mythologie grecque et je ne peux bouder mon plaisir à chaque fois que je reconnais un nom ou une histoire. Circé est attachante et surtout libre.

Ce livre est une ode à la liberté et à la femme dans tout ce qu’elle a de plus déroutant.

Résumé :

Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l’immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse…

 

Les Valisar 

La trilogie des Valisar est une oeuvre de mon autrice préférée, Fiona McIntosh que j’adore littéralement. Ses récits et sa plume sont mes objectifs, j’aimerais terriblement écrire comme elle.

Encore une fois les Valisar suit un anti-héros, voir même l’antagoniste principal. Je lis peu de récits avec le point de vue du méchant et j’ai adoré cette plongée dans cet univers sombre, violent et dangereux. Au fil des pages, le lecteur réalise que PERSONNE n’est tout blanc ou tout noir et qu’AUCUN personnage n’est à l’abri.

Cette tension est ce qui m’accroche, me fait avancer dans l’histoire et j’identifie toujours quelques chouchous, mes champions, que j’espère voir arriver au bout.

Nous suivons ici Loethar un chef barbare qui ne rêve que d’une chose devenir l’Empereur de tous les royaumes et supplanter les Valisar. Il se raconte que cette dynastie possède un pouvoir, celui de la coercition permettant d’imposer sa volonté à tout le monde… Loethar rêve de s’accaparer ce pouvoir et à n’importe quel prix.

Loethar est sanguinaire, violent et insupportablement intelligent.

Son évolution nous amène à rencontrer des personnages haut en couleur et surtout en trahison. J’ai découvert des protagonistes forts, d’autres pénibles, et chacun à sa façon rend service à l’histoire, même si certains éléments ne m’ont pas convenu.

J’ai adoré les deux premiers tomes et ai eu plus de mal avec le dernier. Je me rends compte que ce n’est pas la seule fois que ça m’arrive. Est ce parce que je n’aime pas que les sagas se terminent ?

Peut-être.

J’espère que mes coups de coeur 2020 vous permettront de faire de jolies découvertes et je remarque aussi que les livres mentionnés ont tous été écrits par des femmes.:)

Et je ne l’ai pas fait exprès.

Bénédicte

 

Contacter la romancière

Je me ferai un plaisir de vous lire

benedicte@benedictepdurand.com

Services Presse

Pour découvrir mes romans, c'est par ici