Les lieux importants d’Almérante

Je décris peu l’environnement en général.

D’abord parce que je ne suis pas à l’aise avec les descriptions qui mettent en lumière toute la finesse d’une poignée de porte taillée dans un chêne ancestral. Je ne suis pas une grande amatrice de ces descriptions dithyrambiques et j’avoue régulièrement les lire en diagonale. Car moi ce qui m’intéresse, c’est l’action !

Dans un second temps, je préfère laisser libre cours à l’imagination du lecteur. Je me suis interrogée plusieurs fois lors de l’écriture de mon roman sur mes descriptions. Devais-je les étoffer ? C’est ce que je pensais faire à l’origine. Après avoir fait bêta-lire mon texte, j’en suis revenue.

J’ai adoré constater que l’univers, les villes et les paysages variaient en fonction de mes lecteurs. Les différences d’interprétation étaient simplement fantastiques et m’ont convaincu que finalement, tant que les descriptions restent plausibles, chacun peut se les imaginer comme il le souhaite.

Malgré tout, certains lieux ont des caractéristiques qui peuvent donner une idée de leur ambiance générale.

C’est pourquoi vous trouverez ci-dessous quelques explications ou interprétations des lieux dans lesquels mes personnages évoluent.

 

ALMÉRANTE ET SES RÉGIONS

L’Ilyrie :

L’Ilyrie est une région verte et fertile. De grandes rivières apportent toute l’eau nécessaire à la croissance végétale et les conditions climatiques sont idéales pour que la faune et la flore prospèrent.

J’aime beaucoup L’Ilyrie. Il y fait bon et frais, il est rare que le soleil y soit brûlant. L’Ilyrie bénéficie de grandes forêts et peut être considérée comme le poumon d’Almérante.

Au nord, une chaîne de montagnes enneigées s’est formée, abritant encore plus loin un véritable désert. Comment expliquer ces microclimats ? Même les Dieux Premiers ne savent l’expliquer et étudient régulièrement Orsica, zone au climat si surprenant.

Voici un panel de quelques visuels qui illustrent bien cette région où vivent les Elfes, les Demi-Elfes et les Barbares.

Cythéria:

Cythéria est la région à l’Ouest, c’est une région où le climat est chaud au sud et continental au nord.

Le long de la côte à Telriand, tu y trouveras les Enböriens, mes « hommes de l’eau » que je te présenterai dans un prochain billet.

Le reste de la région est peu ou pas habitée, les chaînes de montagnes ayant empêché l’établissement des populations.

Proche des forêts, tu trouveras une partie des Hommes. Leurs Royaumes qui se situent en plein milieu d’Almérante s’étendent sur les trois régions du continent. Un des peuples humains s’est donc établi à l’Ouest, juste avant les montagnes. Ceux-ci ne traversent que rarement la frontière naturelle établie par la forêt et leurs relations avec les Enböriens sont réduites au strict minimum.

Kalathar:

Kalathar est la région du sud, la plus aride. Seule une zone, autour d’Hadrantir la capitale des Nains qui se trouve un peu plus en hauteur bénéficie d’un climat tempéré.

Tout à gauche de Kalathar, nous retrouvons les Nomades, proches des Oasis et vivant dans un désert dont eux seuls connaissent réellement toutes les routes.

Suite à un évènement tragique, une partie de la population des Enböriens s’est établie en Kalathar, non loin de la ville de Namor. Ils y ont répété ce qu’ils savaient faire, c’est à dire établir une ville aussi bien sur terre que sous la mer. Personne ne sait comment ils communiquent avec les Enböriens restés en Cytheria. De mémoire d’hommes, ils n’ont jamais vu sur leurs territoires un Enböriens du sud.

Maintenant que je t’ai présenté les trois régions principales, je voulais attirer ton attention sur plusieurs lieux importants de mon roman :

 

La forêt de Limviel

La forêt de Limviel. Un frisson parcourut son échine. Dans la pénombre, son envergure la rendait encore plus lugubre. Sinistres, ses hauts chênes, sapins et autres bouleaux s’entremêlaient pour ne former qu’une masse, qui en pleine journée, ne laissait pas filtrer les rayons du soleil. L’ouvreur n’y avait jamais mis les pieds. Seuls quelques originaux s’y aventuraient, pour jouer à se faire peur.

La forêt de Malmort

La forêt de Malmort était peu attrayante. Sombre, elle n’inspirait pas la confiance. Ses bosquets cachaient de multiples plantes peu ragoûtantes, et les chemins étaient trop sinueux pour être empruntés sans perdre de temps. Les arbres très fins striaient les alentours de leurs branches tortueuses. Celles-ci ne cachaient en rien les cadavres de bestioles parsemées de mouches qui traînaient dans les buissons. Seul le frottement de leurs ailes pressées brisait le silence environnant.

La Guilde

Se déplaçant lentement dans les couloirs circulaires de la tour de la Guilde, il éclairait chaque recoin sombre d’une minuscule bulle étincelante. Suspendu dans l’air, le flocon apportait une nuance très particulière au bâtiment et pouvait s’observer du reste de la cité d’Aldhëra par les grandes arches régulières, taillées dans les murs de pierres claires de la tour. S’accordant un moment de répit il observa, par l’une d’elles, le soleil se lever.

Tryth

La ville de Tryth se profila enfin au loin. L’énorme cité érigée par les Hommes se détachait par sa hauteur de la vallée qu’elle surplombait. Les habitants disaient qu’elle était visible de tous à plusieurs mille et qu’elle laissait ses observateurs fascinés. Bon nombre d’entre eux faisaient part de leur admiration dans les tavernes où ils étaient de passage. Quelles étaient les techniques sur lesquelles s’appuyaient les hommes de Donniel pour construire une œuvre aussi impressionnante ? Entourée d’une muraille en pierres d’un ton orangé, les voyageurs distinguaient en son cœur plusieurs strates de bâtiments divers, allant de la maison au clocher, et qui montaient de plus en plus haut. À la distance où ils se trouvaient, c’était comme si la cité touchait le ciel.

Hadrantir

Après des mètres et des mètres de descente, ce qu’ils découvrirent, en passant la grande porte de la ville, leur coupa le souffle. Littéralement sculptée dans la montagne, la cité des nains était majestueuse. Puisant ses fondations dans les profondeurs, les plus grands bâtiments montaient au plus haut, jusqu’à la voûte naturelle de la roche. Complètement différents de ce que les Elfes avaient découvert jusqu’à présent, le brut et la finesse de la pierre les laissèrent pantois.

Et voilà, tu visualises un peu mieux ce qu’il se passe dans ma tête quand je décris un lieu.  Imaginais-tu ces endroits de la même façon que moi ?

À bientôt pour la suite des présentations avec l’Univers d’Almérante 🙂

Bénédicte

Crédits photos :

Ilyrie : must-visit-destinations.com / j.businesslivestyle.com /
Cythéria : Jonatan Pie / Jamie McPherson
Kalathar : Doran Erickson
La forêt de Limviel : wiggins.guidele.com /
La forêt de Malmort : renamonkalou.tumblr.com / David Zydd
La Guilde : chobbithobbit.tumblr.com / Zackf Deviantart
Tryth :  Marc Simonetti
Hadrantir :  kellylandscapemagazine

Contacter la romancière

Je me ferai un plaisir de vous lire

benedicte@benedictepdurand.com

Services Presse

Pour découvrir mes romans, c'est par ici