Comment j’en suis venue au Miracle Morning

Hello cher visiteur,

Aujourd’hui je voulais te parler d’une nouvelle organisation que j’ai adoptée en début d’année et qui me change littéralement la vie. 

Je te vois venir, tu te dis que je verse vraiment dans le développement personnel en ce moment, et tu n’aurais pas tort.

Je ne cherche pas de sens à ma vie, car je pense l’avoir trouvé. Je ne suis pas exactement à la place que je voudrais à l’heure actuelle, mais en prendre conscience c’est déjà la moitié du chemin parcouru.

En revanche, je cherche des clés organisationnelles : comment faire mieux, plus rapidement, tout en restant moi.

J’ai compris ces derniers mois, que je m’épanouis vraiment dans l’écriture. J’aime tout : écrire, relire, corriger ainsi que la casquette d’entrepreneur.

Sauf que je ne peux pas vivre d’écriture et d’eau fraîche. Pas encore tout du moins. Et j’ai un travail à côté.

Alors, comment allier ces deux activités de façon optimale ?

C’est là que j’ai découvert le Miracle Morning.

 

Le Miracle Morning qu’est ce que c’est ?

C’est une méthode arrivant depuis quelques années des Etats-Unis, que j’ai découvert chez Jupiter Phaeton (autrice en autoédition).

Méthode inventée par Hal Elrod, le Miracle Morning, c’est se lever plus tôt le matin et prendre le temps de faire des activités qui vont faire progresser notre développement personnel, mais qui nous passent souvent sous le nez dans la journée : faire du sport, lire, écrire, méditer etc.

Pour ça, il se base sur l’acronyme SAVERS : 

  • Silence
  • Affirmations
  • Visualisation
  • Exercise
  • Reading
  • Scribing

Bon, mon objectif ici n’est pas de t’expliquer la méthode, d’autres le font très bien, mais de t’expliquer comment je l’ai adapté.

Car la base du Miracle Morning est de faire des activités à forte valeur ajoutée pour nous dès le matin. Passer en premier, dans une vie à 100 à l’heure. Démarrer la journée en effectuant les tâches auxquelles nous pensons tout le temps, mais que nous repoussons pour X raisons.

C’est ce que j’en ai compris en tout cas.

Bien sûr, il n’y a pas qu’une façon de réaliser le Miracle Morning. On peut choisir de faire comme la méthode originelle, se lever aux aurores et suivre les SAVERS. Ou on peut l’adapter.

C’est ce que j’ai fait. En fait, sur les 5 étapes du Miracle Morning, je n’en ai gardé qu’une seule.

Tu vois où je veux en venir ?

 

Le Miracle Morning pour écrire

Je ne vais pas dire aujourd’hui qu’il n’y a qu’une seule méthode pour écrire, je suis très mal placée pour donner des conseils. Si tu aimes écrire le soir et que tu te sens bien, continue ! Tu peux décider de te lever plus tôt pour lire par exemple.

Je dis simplement que pour moi, cette nouvelle routine a complètement changé mon rapport à l’écriture. 

Je te donne déjà un peu de contexte : 

j’ai repris l’écriture en 2018, sur mes pauses déjeuner. C’était parfait, je prenais 1 heure. 1 heure d’intense concentration, de production etc.

Jusqu’en 2020 ça allait. Et puis vers la fin de l’année, j’ai remarqué que je n’avais pas forcément de plaisir à retourner à mon bureau entre midi et 2. Pourquoi ? parce que poser cette heure d’écriture au milieu d’une journée de travail avec le stress, ce n’était pas bien. Pour moi.

Je rechignais, je voyais cette session comme une contrainte et je voulais changer les choses.Jupiter Phaeton recommande (et j’adore sa façon de voir les choses ; elle a écrit un bouquin d’ailleurs de développement personnel que je te recommande à mon tour : Atypique) de commencer sa journée par ce qui nous tient le plus à coeur, notamment l’écriture. 

Comme je suis un bon petit soldat et que l’écriture était le créneau de mon temps que je voulais bouger, je me suis dit pourquoi pas. Allons-y ! Levons-nous plus tôt pour écrire.

J’ai donc sacrifié 1 heure de sommeil pour écrire. (en gros je me couche juste de façon plus régulière, mais sans grand changement). Je ne fais pas de sport le matin. Je ne médite pas. Je ne lis pas. J’écris.

Et c’est la seule chose que je fais du Miracle Morning classique. Alors on peut me dire que ce n’est pas un Miracle Morning, soit, peu importe; En tout cas je démarre ma journée par ce qui me tient le plus à cœur et je suis plus libérée le reste de la journée.

Je fais du sport le soir, un jour sur deux, j’essaie de me prendre une soirée ou deux pour lire et voilà ! 

 

Le Miracle Morning, pas pour tout le monde ?

Je pense qu’avec un peu de volonté, le Miracle Morning peut être pour tout le monde. Il suffit de le vouloir. D’avoir une activité qui nous motive assez pour passer le cap des premiers réveils difficiles.

J’ai eu du mal au début, mais je suis plus du matin. ça a tiré. Je me suis dit plusieurs fois : non, mais tu ne vas pas te lever. Eh bien si. Je me suis levée.

J’admirais une amie qui se levait super tôt le matin pour aller nager avant le boulot, mais vraiment tôt. J’avais essayé aussi de me lever pour aller courir avant d’aller travailler. Je n’ai jamais réussi. Car je n’y croyais pas. ça ne me motivait pas assez. je n’avais pas envie d’être dans le noir, dehors et dans le froid.

Ce n’était pas pour moi. Moi et le sport de toute façon, ça fait 2 😉

Il faut connaître ou imaginer les bénéfices qu’on va en tirer. Si c’est quelque chose qui nous motive vraiment, il n’y a aucune raison de ne pas réussir à le faire. Moi c’est écrire. Toi, ça peut être le sport, la lecture, le yoga, la méditation, la peinture… Peu importe.

J’ai fait cette démarche car je courais après le temps. J’avais besoin de plus de temps et besoin de travailler de façon plus sereine, alors j’ai trouvé une solution qui me convient.

Je suis certaine que c’est à la portée de tout le monde, si on le veut vraiment !

 

Les résultats pour moi

Mon Miracle Morning m’a permis de terminer le 1er jet de mon dernier roman en 2 mois et demi.

J’ai dû rater 2 ou 3 réveils. Eh oui ça arrive.

Je suis aussi bien plus sereine. Si je ne peux pas faire ce que je veux de ma journée, tant pis, car j’ai pu faire ce que je voulais VRAIMENT dès le lever.

Et ça, ça n’a pas de prix.

Je ne regrette pas du tout de me lever plus tôt (en plus je ne le fais que pendant la semaine quand je travaille) et je me garde mes week-ends pour moi, pour changer de rythme. 

Je me sens plus libérée, je crois un peu plus en mon rêve et j’ai retrouvé un équilibre très important pour moi.

 

Bénédicte

Contacter la romancière

Je me ferai un plaisir de vous lire

bdurand@benedictepdurand.com

Services Presse

Pour découvrir mes romans, c'est par ici

Une histoire gratuite !