La Faille – Les personnages

Parce qu’ils comptent pour moi, que se sont les premiers que j’ai emmené au bout de leurs aventures, je me devais de leur donner une place ici aussi.

Créer un personnage, c’est facile ?

ça l’est, sans l’être pour moi. Je m’inspire de ce que je connais, de ce que je vois et j’essaie de leur donner une personnalité propre. J’essaie aussi de sortir des clichés, même si ce n’est pas toujours facile. Je me soigne 🙂

Certains d’entre eux me viennent assez naturellement, d’autres un peu moins et quelques uns prennent une place inattendue dans l’histoire pendant son écriture.

Je les aime tous, parce que je leur donne vie en les écrivant. Et ce sentiment est juste incroyable !

Je voulais des personnages bien différents les uns des autres, même si après coup, je réalise qu’il y a peu de femmes… Ne t’inquiète pas je me rattraperai dans mes prochains romans (et puis celles qui sont ici sont plutôt cool !)

Alors, voici un petit tour d’horizon de la team du premier livre Des Chroniques d’Almérante, « La Faille ». (Par ordre d’apparition)

Elwën

Elwën est l’héroïne de cette histoire. Elle me suit depuis de nombreuses années, alors que je ne connaissais pas encore toutes les péripéties qui allaient lui arriver. Elwën, c’est un personnage qui m’a accompagné chaque nuit avant de m’endormir pendant de longues années. C’est simple, il me suffisait de penser à elle et à une scène particulière du roman pour tomber dans les bras de Morphée.

En tant qu’Elfe, je la voulais sûre d’elle, mais ouverte d’esprit. L’idée était de casser un peu cette image hautaine dont souffre ce peuple aux grandes oreilles. Je suis fascinée par leurs aptitudes et il était évident qu’elle serait magicienne. Réfléchie, patiente et courageuse, elle est le genre de personne que je voudrais être. J’ai aimé la suivre au fil des pages, m’étonner de ses découvertes tout en conservant la même bienveillance. Car Elwën est un personnage bienveillant et qui va évoluer. Malgré la froideur de son peuple, je la trouve très humaine.

Drarian

Drarian est un personnage qui est arrivé assez vite dans ma tête. Quelqu’un devait aider Elwën pour se sortir d’une certaine situation. Alors pourquoi pas un frère à la vie plutôt solitaire ? Je le voulais archer et Drarian est très doué avec un arc. Il vit seul depuis longtemps, mais n’hésitera pas une seconde à suivre sa soeur dans son périple. Précis, stratège et plutôt impulsif pour un Elfe, il est le binôme parfait pour notre magicienne réfléchie. Avec lui, elle se sent plus forte.

Pourquoi avoir choisi de doter mon héroïne d’un frère ? Parce que je trouve que les relations fraternelles sont incroyables. Je n’ai pas eu la chance d’être entourée d’une fratrie, alors oui, nous pouvons dire que je compense dans mes livres. Et alors ? 🙂

Féon

Féon est un personnage qui a pris plus de place que je ne le pensais à l’origine. Âgé d’une cinquantaine d’années, il vit avec sa fille adoptive Janet et est très protecteur avec elle. Il est aussi très curieux, passionné par l’histoire, par les Elfes et regrette profondément de n’avoir jamais quitté sa cité d’Istrin. Pourquoi n’a-t-il jamais voyagé ? Parce qu’il s’est retrouvé du jour au lendemain avec des responsabilités. Alors même s’il regrette de ne pas voyager et de ne jamais être allé découvrir les autres royaumes, il a permis à une jeune fleur de s’épanouir et ça, pour lui, ça vaut tout l’or du monde.

Janet

Janet est la fille adoptive de Féon. Jusqu’à sa rencontre avec celui qui va changer sa vie, elle se contentait de son quotidien, sans plus. Elle profitait d’une certaine liberté grâce aux habitants d’Istrin qui permettent aux jeunes femmes de s’épanouir dans des activités culturelles, sportives, etc. Mais elle n’a jamais sauté le pas. Celui de rendre hommage à sa mère décédée et de devenir guérisseuse. La fille de Féon a des compétences certaines, mais n’ose pas en faire son métier. Elle est volontaire, attentive et méticuleuse. Elle ne se laisse pas faire et chercher à s’émanciper. Au grand dam de Féon !

Mador

Le capitaine Mador est un personnage qui m’a grandement intéressé. J’avais besoin d’un personnage comme ça. Un personnage qui soit prêt à voir au delà de ses propres croyances et de ses propres dégoûts. Marqué par la Magie à jamais, il n’en est devenu que plus fort, plus solide et plus déterminé. Militaire sur lequel on peut compter, Mador ne se laisse pas faire et est prêt à aller au bout de ses idées, même si personne ne le croit. Ne faut-il pas bien du courage pour ça ? C’est ce que je voulais véhiculer par ce personnage : même si on est le seul à y croire, il ne faut pas baisser les bras et se donner les moyens d’agir.

Nozù & Chresgion

Impossible de présenter ces deux personnages séparément. Le savais-tu ? Ces deux personnages n’éxistaient pas dans la première version. Pas une seule ligne à leur propos. Et puis j’ai eu besoin d’eux alors je leur ai fait de la place. Je peux dire que Nozù et Chresgion, c’est un peu le Yin et le Yang. Tout les oppose et pourtant ils sont inséparables. Nozù est blagueur, sarcastique, impulsif tandis que Chresgion représente la force tranquille. Ce dernier pèse toujours le pour et le contre et canalise le plus jeune. S’étant rencontrés dans des conditions particulières, Chresgion ne peut s’empêcher de vouloir protéger Nozù et le nomade adore le faire tourner en bourrique.

 

 

 

 

 

 

Contacter la romancière

Je me ferai un plaisir de vous lire

benedicte@benedictepdurand.com

Services Presse

Pour découvrir mes romans, c'est par ici